Les plats népalais à ne pas manquer !

Voyager, c’est découvrir une nouvelle culture, des lieux merveilleux, et changer sa façon de voir les choses pour quelques temps… Mais c’est aussi tester de nouvelles choses, à commencer par la nourriture ! Et ça tombe bien, parce qu’au Népal, la nourriture est excellente, et bien différente de nos nourritures occidentales sous bien des aspects.

La nourriture népalaise est divisée en plusieurs types : d’abord, il y a les plats nationaux. Ceux-ci sont en général fortement influencés par l’Inde ou la Chine qui encerclent le pays, mais ce sont aussi les plus répandus et facilement accessibles. Ensuite, on trouve la cuisine étrangère : du Japon à l’Italie, vous en aurez pour tous les goûts, bien souvent remixés à la sauce népalaise ! Et enfin, on trouve la cuisine régionale, appartenant le plus souvent à une culture, dont la plus connue est la culture Newari, offrant plus de 200 plats différents. Cette cuisine est plus difficilement accessible, souvent assez épicée, et servie dans des lieux très locaux, mais il ne faut absolument pas la manquer, tant ses goûts sont variés, et portent l’emprunte du Népal.

Nous aussi, à Bluesheep, on aime la nourriture locale, et on vous a concocté une liste des spécialités à ne pas manquer pendant votre séjour au Népal !

 

L’incontournable : Momos

 

momos dans une assiette avec chutney

Sous ce nom plutôt amusant, se cache un plat très apprécié, originaire du Tibet. Sortes de raviolis en forme de petits croissants ou de sacs, ils sont fourrés avec divers légumes ou viandes, et servis dans différentes sauces à base de tomate, d’arachides ou de légumes marinés, plus ou moins épicées.

Ils sont toujours cuits à la vapeur à la base, mais peuvent être grillés par la suite, ce qui donne trois types de cuisson : vapeur (steamed), grillés sur un côté (Khotey) ou totalement grillés (fried). Les trois offrent des goûts bien différents.

Les Momos sont un plat très populaire au Népal, et vous pourrez en trouver partout à des prix très bas, en général entre 80 et 150 RPN pour une assiette en contenant une dizaine.

 

L’habituel : Dal Bhat

 

dal bhat servi avec curry chutney

Dal Bhat signifie littéralement “riz aux lentilles”. Si on met de côté ce nom laissant peu de place à la fantaisie, le Dal Bhat est LE plat du Népal. Souvent mangé deux fois par jour par les népalais, c’est un plat se composant d’une base de riz accompagnée d’un bouillon de lentilles. A ça s’ajoutent de nombreuses variations de currys de légumes, de marinades, de viandes ou de chutneys, pour en faire un des plats les plus versatiles du pays.

Les currys sont faits à base de masalas créés par les cuisiniers. Ce sont des mélanges d’épices dosés selon les goûts, et peuvent donc être plus ou moins épicées. De même, le piment est un ingrédient assez commun dans les marinades accompagnant le Dal Bhat, faites attention si vous n’y êtes pas habitués !

Ce plat se mange traditionnellement avec les doigts, mais attention de n’utiliser que la main droite pour toucher la nourriture, la main gauche étant dédiée à d’autres corvées moins… hygiéniques.

 

L’alternative : Khaja Set

 

khaja set with papad

Le Khaja Set est l’alternative Newari du Dal Bhat, à laquelle on a supprimé le bouillon de lentilles et substitué le riz cuit par du riz écrasé sec, le Chiuura. Ses accompagnements sont en général plus régionaux et plus épicés. On retrouve des currys de légumes et de pois, de la viande émincée ou non, ou encore des samosas ou des Sel Roti.

Pour faire l’expérience d’un vrai Khaja Set, il faut aller dans un restaurant purement Newari, même si il est possible d’apprécier le croquant du Chiuura dans la plupart des lieux où est aussi servi le Dal Bhat.

 

Le snack : Sel Roti

 

Sel roti dans une assiette

Encore une fois, le nom est assez étrange. Non, il ne s’agit pas d’un gros morceau de viande salé, mais d’un pain typiquement népalais. Roti est le nom indien du pain non levé.

Le Sel Roti est une sorte de croisement entre un donut et un bagel, fait à base de farine de riz. La comparaison étant surtout sur la forme, puisque la texture en bouche est bien différente. Sous une croûte croquante, on retrouve un intérieur très doux, à la texture proche de la brioche. Ce mets est servi avec certains plats, mais on peut aussi en trouver dans les rues chez des petits vendeurs. On peut les manger frais sans rien d’autre, ou les apprécier en les trempant dans du yaourt ou en accompagnement de légumes.

 

L’original : Chatamari

 

chatamari découpée servi sur feuille

Encore un plat très Newari, le Chatamari porte le surnom de pizza népalaise. Et pour cause, sur une sorte de galette faite de farine de riz et durcie sur une plaque de cuisson, on rajoute de la viande, des œufs et des légumes. Cela crée une sorte de pizza en plus petit, très croquante et aux goûts très riches.

Le Chatamari est souvent servi avec une sauce très épicée, faites bien attention si vous n’y êtes pas habitués !

 

Le festif : Yomari

 

quatre yomari dans un plat

Toujours dans les plats Newari, le Yomari est un plat d’hiver très prisé à Katmandou. Cette douceur est faite d’une pâte de farine de riz pétrie avec de l’eau chaude. Après lui avoir donné la forme d’une figue, elle est remplie de Chaku, un mélange de sucre de canne, de beurre éclairci et de fruits secs, ou de Khoa, du lait épaissi par évaporation. La pâte est ensuite refermée en faisant une sorte de nœud à son extrémité.

En novembre ou décembre, au mois népalais de Thinla, le festival de Yomari Punhi marque la fin de la récolte du riz, pendant lequel les népalais remercient la déesse Annapurna, déesse des grains. Les enfants vont eux de maison en maison, réclamant des Yomari.

 

Le réconfortant : Thukpa

 

Bol de thukpa avec viande

Originaire cette fois du Tibet, le Thukpa est un plat de nouilles chaudes, servi dans une soupe et accompagné de bouts de viande et de légumes divers.

Il est très apprécié dans les montagnes de l’Himalaya, où le froid règne une grande partie de l’année. La soupe réchauffe les travailleurs et les marcheurs lors des grands froids. Mais nul besoin de se perdre dans les montagnes pour en profiter ! Vous trouverez de nombreux restaurants, à Katmandou ou Pokhara, proposant du Thukpa dans leurs menus, avec du buffle, du porc ou du poulet en garniture. Si vous partez dans l’Himalaya, vous pourrez goûter des viandes plus locales, par exemple de la viande de yak, de mouton ou de chèvre.

 

L’authentique : Sekuwa

 

vendeur de sekuwa à katmandou

Les Sekuwa sont des brochettes très populaire au Népal, particulièrement à Katmandou et dans l’Est du pays.

Où que vous en preniez, elles sont toujours cuites de manière traditionnelle : au-dessus d’un feu de bois, et des épices et fines herbes y sont ajoutées au début de la cuisson. Une sorte de barbecue à la sauce népalaise ! Les Sekuwas seront souvent servies accompagnées de riz soufflé et d’une sauce épicée. On en trouve avec différentes viandes, les plus populaires étant les viandes de buffle, de porc, d’agneau et de poulet.

 

La douceur : Juju Dhau

 

plats en argile avec juju dhau

Spécialité de Bhaktapur, le Juju Dhau (littéralement Roi des Yaourts !) est un yaourt préparé par fermentation du lait, et servi le plus souvent dans un pot en argile.

Même s’il existe différents types de yaourts au Népal, le Juju Dhau mérite bien son titre de roi. Il a un goût extrêmement riche, et est très consistant. Un peu sucré, mais pas trop, avec un goût très fort, ce mets est parfait pour se rafraîchir pendant l’exploration du Durbar Square de Bhaktapur !

 

Le social : Thé et Café de l’Himalaya

 

tasses de thé et sucre dans un lodge de l'himalaya

Et on finit avec ce qui remplace la cigarette dans pas mal d’endroits au Népal : le thé et le café ! Ils sont consommés tous les jours en grandes quantités, et il est courant de voir des népalais sortir e soir pour aller siroter un thé ou un café avec des amis. Ce sont des boissons très sociales.

Mais plus que ça, le thé noir et le café de l’Himalaya sont aussi extrêmement bons. En effet, la pousse lente des plantes sur les pentes de l’Himalaya leur laisse le temps d’exacerber les arômes, donnant des goûts très forts aux grains de cafés et aux feuilles de thé récoltées dans ces régions. Les Nescafés paraissent bien fades en comparaison !

 

Et vous, quelle spécialité avez-vous le plus envie de tester en venant au Népal ? Dites-nous tout !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *