La nourriture au Népal

 

La cuisine du Népal n’est pas une unité solide comme la cuisine Indienne ou Japonaise, mais une sorte de patchwork de cuisines venant des différentes cultures composant le pays.

 

Vous retrouverez des accents de cuisine chinoise, indienne ou tibétaine dans beaucoup de plats. Mais vous pourrez aussi trouver des goûts plus locaux, comme la cuisine neware.

 

Les goûts de la cuisine népalaise

 

Il existe des plats végétariens et des plats non végétariens au Népal, même si la nourriture végétarienne perd de son intérêt auprès des népalais en même temps que le pays se développe. La vache est un animal sacré dans ce pays à majorité hindoue, il sera donc presque impossible de trouver du veau ou du bœuf. L’alternative locale est le buffle (buffalo, ou “buff”), non protégé par la religion.

En général, la nourriture n’est pas très épicée, mais tout de même assez relevée. Même sans piments, l’utilisation d’épices diverses reste une constante, de nombreux cuisiniers utilisant leurs propres “masala” (mélanges de différentes épices) pour agrémenter leurs curry. Faites bien attention si vous êtes allergiques !

 

Les plats locaux

 

Le plat national, consommé deux fois par jour par beaucoup de népalais, se nomme le Dal Baht, littéralement “Riz aux lentilles”. Derrière ce nom sans intérêt apparent se cache un plat complet, aux saveurs versatiles. Il se compose de riz blanc, relevé d’un bouillon de lentilles, et de différents currys de légumes, selon la saison ou le lieu. Souvent végétarien, il peut aussi être préparé avec de la viande.

Le Dal Baht népalais est aussi servi à volonté, et se mange communément avec les doigts.

 

Le second plat très présent au Népal porte le nom de Momo, souvent orthographié Mo:Mo. C’est une sorte de ravioli venant de la cuisine tibétaine, cuit à la vapeur ou frit. Ils sont fourrés avec de la viande ou des légumes, et servis accompagnés d’une sauce aux arachides et au soja un peu relevée. On peut en trouver partout, et ils sont très accessibles !

 

La cuisine Newa, ou Newari, du nom d’une des cultures les plus proéminentes de la société népalaise, est elle aussi très prisée. Venant des Newaris de la vallée de Katmandou, aux sols riches et fertiles, cette cuisine a donné naissance à plus de 200 plats très élaborés. Elle se compose de plats de tous les jours, mais aussi de plats spéciaux pour les banquets ou les festivals. Ces derniers ont une signification symbolique.

Parmi les plats les plus populaires, on retrouve le Chatānmari, parfois appelé “pizza népalaise”. Sur une base de pancake durci fait de riz, on ajoute de la viande rouge, un oeuf, des légumes…

On trouve aussi desserts sucrés, parmi lesquels le Juju Dhau, la spécialité de Bhaktapur. C’est un yaourt fabriqué à partir de lait fermenté, servi dans un plat en argile. Le goût est extrêmement riche, et n’a rien à voir avec nos yaourts habituels !

 

Manger pendant les treks au Népal

 

Marcher 8 heures dans une journée, ça ouvre l’appétit ! Mais ne vous inquiétez pas : il est simple de se restaurer le long des treks, dans les lodges, les tea houses ou les petits villages. Les petits déjeuners, déjeuners et dîners sont disponibles sur place (vous aurez souvent le choix pour votre nourriture). Si jamais votre itinéraire ne comporte pas de lodge pour le midi, votre porteur s’occupera de transporter la nourriture nécessaire.

Les lodges seront aussi l’occasion de refaire le plein d’eau, en y achetant des bouteilles d’eau minérale ou en y remplissant vos gourdes avec de l’eau purifiée.

Enfin, n’oubliez pas d’emporter des snacks sur la route, comme des barres de céréales qui vous donneront un petit coup de fouet sur le chemin.